Le Burn out, une maladie socio-professionnelle en quête de reconnaissance

10/11/2019

Le 6 novembre dernier, vous avez été nombreux à nous rejoindre au Foyer culturel de Sprimont pour une conférence avec le Professeur de l’Université de Liège Isabelle Hansez à propos du Burnout. Je tenais par ces quelques mots à vous remercier pour votre présence.

Sur base de vos réflexions, de celles échangées avec des experts, j'ai déposé une proposition de résolution demandant au gouvernement :

  1. D’évaluer l’impact et l’effectivité de la législation sur les risques psychosociaux qui constitue une évolution positive en matière de prévention.
  2. D’évaluer rapidement l’efficacité de l’arrêté royal de février 2018 qui met en place les projets pilotes qui définissent le burnout comme maladie liée au travail.
  3. De dégager les moyens nécessaires à la professionnalisation de l’ensemble des acteurs (médecins généralistes, psychologues, médecine du travail…)  amenés à intervenir en cas de burnout en permettant l’organisation de dispositifs de formations à leur destination et à la certification des intervenants afin d’accroître non seulement la légitimé de ces derniers à intervenir mais aussi de faciliter l’accès aux reférents pour les personnes à risques ou souffrant de burnout pour permettre une réintégration dans le milieu professionnel plus aisée.
  4. De doter les centres d’expertise pluridisciplinaires de moyens nécessaires à leur bon fonctionnement et à la coordination de leurs différents intervenants pour assurer une bonne prise en charge et donc une réintégration plus rapide dans le milieu du travail.

Lire ma proposition de résolution

Lire l'article Sudpresse du 5 novembre 2019

01/07/2020

Revenge Porn : En vigueur ce 1er juillet 2020

29/06/2020

Bus 64 et 65 : Les usagers de l’Ourthe-Amblève devront encore attendre…

23/06/2020

Ligne de trains : Liège-Gouvy ( Ligne 42) : de qui se moque-t-on?

23/06/2020

Protection civile : le gouvernement fédéral doit revoir sa copie !

20/06/2020

Bus 64 et 65 réservés pour les usagers d’Ourthe-Amblève ? : une demande forte auTEC